Quand redonner fait partie de votre ADN

Pleins feux sur Luigi Marrongelli, chef d’unité à Ottawa

D’aussi loin qu’il se souvienne, Luigi Marrongelli, chef d’unité, Ottawa, a toujours ressenti le besoin de redonner à sa communauté de toutes les manières possibles. Ses parents lui ont inculqué ses valeurs lorsqu’il était très jeune. Il a toujours eu la vocation de faire quelque chose pour le bien commun de la communauté. Environ au même moment où le programme Blitz contre la faim de Purolator a commencé en 2003, le chef de district de Luigi demandait à ce dernier de participer à l’organisation d’une initiative communautaire dans la région. De fil en aiguille, Luigi est devenu le responsable du programme BCLF à Ottawa. Depuis, il a élargi ce programme avec son équipe de bénévoles dévoués. Récemment, pour souligner son engagement de longue date envers le programme BLCF, Luigi a été invité à présenter le ballon en compagnie de John Ferguson, notre président et chef de la direction, au match de la 105e Coupe Grey, à Ottawa.

Nous avons eu la chance de discuter avec Luigi et d’en apprendre davantage sur sa passion de donner au suivant.

luigi

Luigi Marrongelli à la collecte d’aliments et d’argent durant le Festival de la Coupe Grey à Ottawa.

Communications d’entreprise (CE) : Comment votre aventure dans le programme Blitz contre la faim a-t-elle commencé?

Luigi Marrongelli (LM): Angie Bemister, ma chef de district à cette époque m’a demandé si je pouvais l’aider avec cette nouvelle initiative. Puisqu’Ottawa n’avait même pas d’équipe de la LCF à ce moment, nous avons recherché d’autres façons d’aider la banque alimentaire. Nous organisions des collectes d’aliments, des ventes de pâtisseries et des barbecues au dépôt, en plus de trouver des endroits où nous pouvions obtenir des rabais sur les aliments. Nous amassions aussi de l’acier et du fer pour les échanger contre de l’argent qui nous permettait d’augmenter le montant des dons que nous versions à la banque alimentaire.

CE: Pourquoi êtes-vous bénévole?

LM: Être bénévole a toujours fait partie de mes habitudes. J’ai été bénévole au festival de mon église pendant plus de 25 ans. C’est la façon dont mes parents m’ont élevé. De cette façon, je réunis ma famille, mes enfants, leurs amis ainsi que tous les autres. Pour moi, le bénévolat est la meilleure façon de faire en sorte que les familles et la communauté coopèrent. D’un autre côté, je crois qu’il est important de redonner également à Purolator. Cette entreprise me soutient, ainsi que ma famille, depuis 23 ans. J’aime avoir la capacité de lui donner en retour.

CE: Pourquoi est-il important pour vous de participer au programme Blitz contre la faim de Purolator?

LM: Encore une fois, cela remonte à la façon dont j’ai été élevé. Mes parents ont immigré au Canada depuis l’Italie avec rien. Ils sont arrivés à la mi-vingtaine après avoir trouvé leur chemin jusqu’ici. En cours de route, ils ont accueilli quatre familles d’immigrants et les ont aidées à commencer leur vie au Canada. En grandissant, ces valeurs se sont ancrées en moi. D’un autre côté, j’aime aider les gens, rencontrer de nouvelles personnes et j’ai du plaisir à le faire! J’aime voir les personnes moins chanceuses obtenir ce dont elles ont besoin pour vivre.

CE: Travailler dans le cadre du programme Blitz contre la faim de Purolator vous a-t-il changé d’une quelconque façon?

From left: RCMP officer, Randy Ambroise, CFL Commissioner, Luigi Marrongelli, John Ferguson, Purolator President and CEO, RCMP officer at the Commissioner’s brunch.

De gauche à droite : Agent de la Gendarmerie royale du Canada; Randy Ambroise, commissaire de la Ligue canadienne de football (LCF), Luigi Marrongelli et John Ferguson, président et chef de la direction de Purolator; agent de la Gendarmerie royale du Canada, au brunch du commissaire de la LCF.

LM: Oui, je suis encore plus engagé dans ma communauté que jamais! Je sais que lorsqu’une personne a besoin d’aide, le programme permet de lui en apporter, puisque j’en ai été témoin. J’ai entendu de nombreuses histoires qui m’ont montré que j’étais chanceux d’être où je suis et que j’avais le pouvoir de donner au suivant.

CE: Vos efforts ont été soulignés durant le dernier match de la Coupe Grey à Ottawa. John Ferguson vous a demandé d’être son invité spécial et de l’accompagner pour la présentation du ballon. Que représente cette.

LM: Au début, j’étais surpris et stupéfait. Je ne m’y attendais pas et je ne l’avais pas demandé. Toutefois, je me suis senti honoré par la demande de John. J’ai eu l’occasion de rencontrer tous les membres de la haute direction, en plus d’être traité comme un véritable VIP. Je ne me suis jamais senti mieux accueilli et valorisé auparavant. Je me rappelle que j’étais très nerveux lorsque John m’a remis le ballon. Tout ce à quoi je pensais était : « N’ÉCHAPPE PAS LE BALLON ». Blague à part, cette expérience m’a fait réfléchir au fait qu’il y a toujours quelqu’un qui aura besoin d’aide et que je vais continuer à faire tout en mon pouvoir afin d’aider. Nous n’avons pas tous la chance de notre prochain.

CE: Quel conseil donneriez-vous aux personnes qui désirent s’engager?

LM: Cela va changer votre vie. C’est tellement réconfortant de voir les gens sourire et de constater qu’ils apprécient ce que vous faites. Faites-en l’essai. Grâce à cela, j’ai compris à quel point j’étais chanceux d’avoir tout ce que j’ai. C’est incroyable de voir comment un sac d’épicerie peut changer une vie.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Leave a comment:

Your email address will not be published. Please enter your name, email and a comment.